lundi 29 juin 2009

PETER PAN IS DEAD

J'ai été assez choqué par la mort de Michaël Jackson. Déjà, parce que mourir à 50 ans, quand même, ça fait jeune. Ensuite parce que voir mourir un mythe, ça n'arrive pas tous les jours. Mais surtout, avec Michaël Jackson, c'est une partie de ma jeunesse qui meurt... Je n'étais pas ce qu'on appelle un "fan" du roi de la pop, mais comme beaucoup de gens de ma génération, j'ai découvert la musique avec ses albums. Ma première cassette de "vraie" musique (comprenez autre chose que Dorothée, Henri Dès et "Racontes moi des histoires"), c'était "Bad". Je dis bien cassette, car je vous parle là d'un temps que les moins de 20 ans ne peuveuh pâÂâs connaîÎîtreuuuuh, celui où les CD en étaient à leur balbutiements et où les chanteurs finissaient tous avec des trémolos dans la voix quand les lecteurs avaient définitivement bousillé la dite-cassette...
Bref, c'est avec Bad que j'ai découvert la musique, le "beat" et le rythme. En réécoutant les albums de Jackson ces jours-ci, je me suis également rendu compte que les guitares saturées que j'apprécie tant aujourd'hui, j'avais appris à les aimer sur Dirty Diana, Beat It (solo par Eddy Van Halen) ou Give In To Me (guitare par Slash, des Guns n' Roses)... Ayant, depuis la découverte de Thriller, Bad et Dangerous, appris quelques notions de musique, je me suis également rendu compte à quel point tout était absolument millimétré dans la musique de Jackson, à quel point tout y était quasi parfait.
Impressionnant également ce destin délirant, hors du commun et du bon sens, qui se termine dans une déchéance totale. Un look de martien androgyne a faire flipper, une aura sordide, des délires de Diva, Bambi était devenu Wacko Jacko et avait fini par devenir l'un des mort vivant de son clip Thriller. Oui, il était fou, mais n'est-ce pas là l'un des points communs à tous les génies ? Parce que Michaël Jackson, c'est aussi l'homme qui a inventé le clip moderne, le premier noir à être passé sur MTV, 750 millions d'albums vendus, l'homme qui a réinventé la danse, et surtout une influence musicale telle qu'on peut dire que sans lui, la musique d'aujourd'hui serait probablement totalement différente.
Bref, celui dont le dernier album s'appelait "Invincible" n'est plus, et avec lui, j'enterre un peu de mon adolescence. Ciao Peter Pan, merci pour tout, et n'oublie pas de me garder une petite place au Pays Imaginaire...

7 commentaires:

Andre a dit…

Oui ...bon .. je dis cela ... je dis rien ... Je suis peut-etre un vieux scnock (Jai l'âge de Michael ) mais j'estime que Michael a beaucoup piqué à un autre King : James Brown !

Mikl a dit…

Certes. Il sont de toute façon tous les 2 issus de la Motown, et de la musique noire des '60 et '70. Mais dans ce cas, on peut aussi remonter jusqu'à Marvin Gaye ou Ottis Redding... Éternel débat de savoir qui pique quoi à qui, sans fin et souvent un peu vain, la musique d'aujourd'hui étant fatalement influencée par celle d'hier.

Sab a dit…

Arf... très émouvant hommage !
Certes il a piqué un peu à droite et à gauche mais il en fait autre chose !
Je ne suis pas non plus une très grande fan mais ses chansons ont aussi bercé mon adolescence !

Thomas Berthelon a dit…

Joli hommage, tu as bien rendu le Michael.

Chonchon a dit…

Un bel hommage. J'étais très fan de sa musique et du personnage... avant qu'il ne dérape complètement. Mais comme tu le dis, dans tout génie, il y a une part de folie. La sienne a versé du côté obscur.
Un immense artiste encore. Et même si, effectivement, il s'est inspiré de James Brown (il le revendiquait), il a rendu la musique noire universelle.

Laurence et Manuel a dit…

hmmmm, pour ma part ça ne me fait ni chaud ni froid, ça fait 10 ans qu'il ne fait plus que de la merde et qu'il creuse. Donc niveau musical il été bien enterré depuis longtemps, plus rien à attendre de lui...
Qu'il soit dans sa villa a 100 000 $/mois ou dans le frigo du coroner c'est un peu du pareil au même pour "la musique". ;)
(et c'est un mec dont thriller à été la prémiére k7 qui dit ça hein ! ^^ )

Mikl a dit…

Manu > Un peu dur, mais tu as 100% raison. Finalement, MJ fait sa carrière sur 4 albums (Thriller, Bad, Dangerous et HIStory), Invincible (2001) ayant fait un four et Off The Wall (1979) restant un peu confidentiel. Il n'avait plus rien fait de convaincant depuis 1995...