mercredi 23 septembre 2009

L'UNIFORME À L'ÉCOLE ?

Faut-il interdire les vêtements trop courts à l'école ? Le retour de l'uniforme à l'école fait à nouveau débat. Alors que les défenseurs de l'uniforme plaident le gommage du fossé social et l'absence de ségrégation liée à la dictature des marques, les écoliers qui sont opposés à ce retour avancent leur besoin de s'exprimer. C'est vrai qu'un bon paquet de têtes de cons arborant fièrement la même marque et les mêmes jeans, ça sent la pelletée d'autonomes qui s'expriment.


(Mode "vieux con" : Je ne suis plus collègien/lycéen, alors vous excuserez les vêtements probablement démodés de ce dessin. En tout cas, de mon temps, c'est ce qui se portait. Comment ça, je règle des comptes ?).

4 commentaires:

reg a dit…

ici le port de l'uniforme est de rigueur mais cela n'empeche pas de voir apres les cours les minettes se trimballer habiller comme des filles de joies ;)

Nils a dit…

Super illus ! Et trop d'accord avec le discours. L'uniformisation qui dérange, elle s'installe d'elle même au profit de notre déesse consommation...

Et j'ai le souvenir, au collège d'abrutis se jetant presque sur des élèves pour savoir en quoi ils s'habillaient...

Alors quitte à imposer une "norme" autant que ce soit sur un pied d'égalité.

Mikl a dit…

Tout d'abords, super illus', c'est bien fait, bien maitrisé, bien mis en page... bref, ça assure, sincèrement.

Après, c'est un débat où je ne suis pas d'accord avec moi-même. D'ailleurs, je m'engueule souvent sur le sujet... D'un côté, dieu sait si je peux haïr l'uniforme, la globalisation, et cet esprit qui tend à ce que tout le monde soit pareil, pense pareil, mange pareil, boive pareil, b... pareil, et fasse où on lui dit de faire. D'un autre côté, à l'heure des tabassages en bande, des jeux de con genre "jeu du foulard", des casquettes Louis Vuitton que même Louis Vuitton il sait pas qu'il fait des casquettes, des codes vestimentaires qui classent les ados dans des cases (rap, goth, caillera/ouèch, metal, etc...) et de l'école où t'as intérêt à venir armé pour revenir entier le soir chez toi, je finis par me dire que l'uniforme, c'est aussi synonyme de l'arrêt du racket sur les fringues et/ou les objets de marque, d'un coup de frein à tout prosélytisme (quel qu'il soit, hein, je mets dans le même panier les croix sur la poitrine, les main de fatma et/ou les voiles et les kippas ostentatoires), de lissage des disparités sociales, et du retour à un minimum d'ordre (mon Dieu, c'est moi qui dit ça ?!?) dans l'énorme et dangereux bordel qu'est devenu l'école aujourd'hui... A la base, il s'agit d'un lieu d'égalité, laïc, où chacun est censé avoir les mêmes chances de réussite. On sait très bien qu'aujourd'hui, ce n'est plus vrai. Notre cher Claude Allègre (mais si, ce gros flanc demeuré, ex-ministre de l'Education Nationale qui se dit scientifique en affirmant que non, non, la Terre n'est pas en danger) avait dit un jour en parlant de l'école qu'il fallait dégraisser le Mamouth. Je pense que si, déjà, on lui mettait un bon coup de pied dans le cul, certaines choses iraient peut être un peu mieux...

Laurence et Manuel a dit…

Bon alors, par ici , au Québec , y 'a aussi port d'uniforme dans les écoles anglaises.
Si c'est pour solutionner les problèmes des vêtements indécent, laissez moi rigoler, parce que la jupette d'uniforme ça se raccourcit (et en tant que ex-retoucheuse je suis bien placer pour le dire!!)
Si c'est pour que "tout le monde il a l'air pareil", ben croyez moi que mettre les mêmes vêtements à tout le monde, ça gomme peut être certaines inégalités et ça en met d'autre en évidence: et oui, n'est pas sexy qui veut avec une jupette à carreaux et des grandes chaussettes!!!
Laurence